Avant que l’ombre (Lyrics)


Avant que l’ombre

Apreté des sons
Tourmente des vents
Mémoire…
Qui m’oublie, qui me fuit

Jésus J’ai peur
Jésus De l’heure…
Qui me ramène
A des songes emportés,
A des mondes oubliés, oh

Jésus J’ai peur
De la douleur…
Des nuits de veille
Mémoire inachevée,
Qui ne sait… où elle naît

Jésus J’ai peur
Oh Jésus Seigneur
Suis-je coupable!
Moi qui croyais mon âme
Sanctuaire impénétrable

Jésus J’ai peur
Jésus Je meurs
De brûler l’empreinte
Mais laisser le passe redeve…nir le passé

Avant que l’ombre, je sais
Ne s’abatte à mes pieds
Pour voir l’autre côté
Je sais que… je sais que… j’ai aimé
Avant que l’ombre… gênée
Ne s’abatte à mes pieds
Pour voir l’autre côté
Je sais que j’aime, je sais que j’ai…

Fuck them all

La Nature est changeante
L’on respire comme ils mentent
De facon ravageuse
La Nature est tueuse
Au temps des „Favorites“
Autant de réussites
Pour l’homme qui derrière a…
Une „Belle“ qui s’affaire… à

Faire… de leur vie un empire
Blood and tears
Faire l’amour à Marie
Blood and tears
Et „Marie“ est martyre
Blood and tears
Sur le mur nos soupirs

Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Nos vies à l’envers
Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Saigner: notre enfer
Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Nos vices à l’envers
Bloud and soul
Faites le nous dans le texte
Le sang c’est le sexe

De nature innocente
L’on manie élégance
Et d’une main experte
D’un glaive l’on transperce
Les discours trop prolixes
Que de la rhétorique
Lâchetés familières
Qui nous rendent guerrières

Faire… de leur vie un empire
Blood and tears
Faire l’amour à Marie
Blood and tears
Et „Marie“ est martyre
Blood and tears
Sur le mur nos soupirs

Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Nos vies à l’envers
Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Saigner: notre enfer
Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Nos vices à l’envers
Bloud and soul
Faites le nous dans le texte
Le sang c’est le sexe

Hey bitch, you’re not on the list
You witch, you suck, you bitch
They said…

Hey bitch, you’re not on the list
What’s your name, again!

Hey bitch you’re not on the list
You witch, you suck, you bitch

Hey bitch you’re not on the list
Hey bitch you’re not on the list
You witch You’re not on the list
You witch, you suck, you bitch
What’s your name again!

Hey bitch, you’re not on the list
Hey bitch you’re not on the list
You witch You’re not on the list
You witch, you suck, you bitch

Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Nos vies à l’envers
Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Saigner: notre enfer
Fuck them all
Faites l’amour nous la guerre
Nos vices à l’envers
Bloud and soul
Faites le nous dans le texte
Le sang c’est le sexe


Dans le rues de Londres

Réduire la vie à
Des formules indécises
C’est bien impossible, elle
Tu vois, se nuance à l’infini
C’est comme une lettre
Qui s’est écrite à l’envers
Coule dans ma tête
Un monde fou qui veut naître

Mais tu sais, son âme est belle
Dans les rues de Londres
J’ai puisé plus de lumière
Qu’il n’en faut pour voir
Dieu a des projets pour elle
Et les rues de Londres
Souffleront sur des mystères
D’une autre fois
Virginia

Je remets ma vie à
Un plus tard abandonné
Pour simplement vivre
Tenter d’àtteindre une humanité
Des lambeaux de terre
Me regardaient disparaître
Et, parmi les pierres
Je vivais et j’espérais, tu sais


Q. I.

Même si j’en ai vu des culs
C’est son Q.I qui m’a plu
Je vis le choc de cul…ture
La belle aventure

Même si je suis dans son lit
C’est son Q.I qui me lie
À lui pour la vie entière
Bien que solitaire

Et moi j’en ai vu des culs
Mais c’est son „Q.I“ qui eut
Le dernier mot pour m’avoir
Là, sur le plongeoir

Bien sûr j’en ai vu des cons
Mais son Q.I me rend
complétement occise de désir
Quitte à en mourir

Sa bouche est sanctuaire
La plus sacrée des prières
S’alanguir est pour moi
Le pire des effrois, c’est froid
Sa bouche est sanctuaire
Le plus sacré des mystères
Il est l’ange pour moi
Je lui dis tout bas…

Qu’il a les rondeurs d’un „Rodin“
J’aime! ca m’incite à…
Il sait la douceur de mes reins
Qui oscillent…
Il sent la tiédeur de mes mains
J’aime! ca l’incite à…
Longue est la route de nos
plaisirs sémantiques!

Même si j’en ai vu des cas
Son Q.I moi, me rend coi…
Devant telle érudition
Langue morte, non!

Et quand je suis dans son lit
C’est son Q.I qui me lit
La physique des quantas
Quant-à-moi, je crois que…

Ton Q.I, mon cul est, ton Q.I
C.Q.F.D.


Redonne- moi

Comme un fantôme qui se promène
Et l’âme alourdie de ses chaînes
Réussir sa vie
Quand d’autres l’on meurtrie, et
Réussir sa vie, même si
Comprendre ne guérit pas
Et ce fantôme se promène
Là, sous l’apparence gît le blême
Murmure des flots
L’onde à demi-mot
Me
Murmure que l’on doit parfois
Retrouver une trace de soi

Comme un fantôme qui se démène
Dans l’aube abîmée sans épiderme
Et nul n’a compris
Qu’on l’étreint à demi et
Et nul n’a surpris son cri :
Recommencer sa vie,
Aussi,

Redonne-moi,
Redonne-moi l’autre bout de moi
Débris de rêve, le verre se fêle
Redonne-moi la mémoire de ma
Peut-être sève! Peut-être fièvre!
Redonne-moi pour une autre fois
Le goût de vivre, un équilibre
Redonne-moi l’amour et le choix
Tout ce qui fait qu’on est roi


Porno graphique

Mon coeur est rempli,
Mais mon corps s’ennuie
Tes jeux délibérés avec un dé,
Des dés pipés, des dés pipés
Des dés pipés

Je veux savoir où nait le vent
J’ai l’âme inerte en même temps
Il y a de l’uniformité partout
De la pensée en boîte et c’est
bien tout!

Mon coeur est rempli,
Mais mon corps s’ennuie
Je t’ai montré mon arrière-train
Mon céans, mon céans, mon céans
L’océan

Et quand ma langue se délie…
C’est l’éloquence de mes silences
là, sur ton orifice ami…
Je m’immisce dans ta pénombre.
Et, là, je fais le tour du monde

Mon coeur est rempli,
Mais mon corps s’ennuie
Les poupées qui disent „oui
et non“

Qu’on écu de la même…
Facon, je dis non, je dis non,
Je dis non , je dis non,
Je dis non
Je dis non

Je dis qu’il n’y a pas d‘ porno chic
Mais bien que des porcs au sens
strict
Primo, deusio, tertio, c’est le chaos
J’ai bien le coeur sur le bord du billot

Mon corps se rempli
Mais mon coeur aussi
Et plus le corps est entravé
Plus l’esprit est „libre“, est „libre“
est „libre“…


Derriere les fenêtres

La lumière est invisible
A nos yeux“
C’est ce qu’ils disent en silence
Quand ils sont deux

Hommes et femmes de pierre
Aux destins sans gloire
Mal étreints, trop fiers
J’entends
L’absence d’eux

Derrière les fenêtres
Des vies, longtemps, se perdent
Derrière les fenêtres
J’envie des mondes
Qui ressemble aux songes
Derrière les carreaux
Tombent en lambeaux des êtres
Derrière les pâleurs, on sait qu’un
Coeur va naître ou disparaître

Silhouettes exquises
J’imaginais vos cernes
Des amants qui sont tranquilles
A leurs fenêtres
Hommes et femmes dignes
Je voudrais rencontrer vos ombres
Parler à vos âmes
Qui plongent
Et qui se signent


Aime

Souvenir de nos…
Fiancailles
En bataille
Souvenir des mots
Flux de taille!
Un jeu de failles

Souvenirs d’émois de mai
qui affalaient
Tous les sols… et
Soutenir le monde „aimer“
A la force de nos poignets…d’amour

Souvenirs de Palerme
Qui s’élèvent
Dans le ciel
Souvenir d’un soleil
Un seul être
Me pénètre

Sous reflex je pose a nue…
je suis surex…
Rien ne m’ex…
…pose plus qu’à l’inconnu
Je lui demande si l’amour est tendre…

Aime
Tous les maux sont les mêmes
Quand on aime
Du pareil au blême
Aime la lie, l’anamour
Quoi de mieux quand on saigne
Moi j’aime… les „je“ de l’amour
Qu’il pleuve ou qu’il vienne


Tous cest combats

Etre aussi simple
Aussi muet
Que tout le blé qui pousse au vent d’aimer
Simplement être
La vie nous blesse
Elle nous assèche
J’attends que quelque chose fonde en moi
J’attends tout „d’être“

Tous ces combats
Qui brisent insouciance
Mordent l’existence,
J’ai la mélancholia
Qui rend l’âme à nue
Qui me constitue

Tous ces combats
Alors que la rage
Que tout fait naufrage
J’ai dans mon autre moi
Un désir d’aimer
Comme un bouclier

Aux jours livides
Qui semblent me dire :
„Je voudrais t’immerger dans un silence“
Je crains qu’ils dansent!
Beauté du doute
Oser un souffle
„Vivre“ est ce qu’il y a de plus rare au monde
Pourtant les ombres

Tous ces combats
Qui brisent insouciance
Mordent l’existence,
J’ai la mélancholia
Qui rend l’âme à nue
Qui me constitue
Tous ces combats
Alors que la rage
Que tout fait naufrage
J’ai dans mon autre moi
Un désir d’aimer
Comme un bouclier


Ange, parle-moi

L’ange, parle-moi!
Le plus vaste des coeurs se brise.
Parle-moi!
L’hiver pourvu qu’on le cultive.
Dans cette pièce,
Nul semble respirer,
Ici, c’est un
Abri qui m’a été donné!

Parle-moi!
Pourquoi cette couleur trompeuse!
Ange, parle-moi!
De voir qu’en lui, ils étaient deux.
Je sais ce que
Mentir veut dire pour moi,
Tu sais,
Dieu a rompu
Son pacte avec cet étranger!

Parle-moi, parle-moi
Dis-moi si tu es là!
Ange, parle-moi, parle-moi
Dis-moi si tu es là!

Don’t let me die, l’ange
Don’t let me die, l’archange
Tu sais le temps qu’il faut pour apaiser
Nos peines
Don’t let me die,
Et dis encore je t’aime


L’amour n’est rien

Obsédée du pire
Et pas trés prolixe
Mes moindres soupirs
Se métaphysiquent…
J’ai dans mon ciel
Des tonnes de célestes
M’accroche aux ailes…
Et tombe l’ange Gabriel

Obsédée du pire
Un peu trop physique…
L’envie de frémir
Est pharaonique
fi de l’ascèse
Ma vie s’enténèbre
Moi sans la langue
Sans sexe je m’exangue

L’amour, c’est rien
Quand c’est politiquement correct
On s’aime bien,
On n’sait même pas quand on se blesse
L’amour n’est rien
Quand tout est sexuellement correct
On s’ennuie bien
On crie avant pour qu’ca s’arrête
La vie n’est rien…
Quand elle est tiéde!
Elle se consume et vous bascule
Le sang en cendre de cigarette
La vie est bien…
Elle est de miel
Quand elle s’acide de dynamite
Qui m’aime me suive

Obsédée du pire
Et pas trés prolixe
Mes moindres soupirs
Se métaphysiquement…
J’ai dans la tête
Des tonnes de pirouettes
Le saut de l’ange
N’a pour moi rien d’étrange

Obsédée du pire
Et pas trés prolixe
Partager mes rires
Plutôt plutoniques
J’ai dans ma sphère
Un effet de serre
Mon sang bouillonne
Je bout de tout, en somme

L’amour, c’est rien
Quand c’est politiquement correct
On s’aime bien,
On n’sait même pas quand on se blesse
L’amour n’est rien
Quand tout est sexuellement correct
On s’ennuie bien
On crie avant pour qu’ca s’arrête
La vie n’est rien…
Quand elle est tiéde!
Elle se consume et vous bascule
Le sang en cendre de cigarette
La vie est bien…
Elle est de miel
Quand elle s’acide de dynamite
Qui m’aime me suive


J’attends

Parfois avec le coeur, les larmes
Bien peu aiment vraiment !
Si peu souvent avec l’âme
C’est que peu aiment vraiment
Amour à moi,
Je ferme les yeux
Sur les dernières nuits
Qui nous séparent. Qui nous unit ?
Je sers de mon mieux
Du plus que je puis
Un amour qui m’aenvahi

J’attends
Que le coeur l’emporte
J’attends qu’il frappe à ma porte,
J’attends tout
L’amour est au bout
Tout
Est bien en nous
J’attends
Près d’un mur de lierre

Passer à côté de sa vie
Se mentir des vies durant,
T’aimer parce que c’est aujourd’hui
C’est ce qui compte vraiment
Amour à moi
Viens, ferme les yeux
Sur nos premières nuits
Rien ne nous sépare, tu m’as dit :
„Je sers de mon mieux
Du plus que je puis
Je t’étreins pour deux, tu es ma vie“

J’attends
Que le coeur l’emporte
J’attends qu’il frappe à ma porte,
J’attends tout
L’amour est au bout
Tout
Est bien en nous
J’attends
Près d’un mur de lierre


Peut-etre toi

Shut up!
Shut up!
Shut up!

Peut-être toi
Peut-être toi
Regarde-moi
Nul autre n’a…
L’envie de toi
Comme j’ai besoin de toi
Parce que c’est toi
Parce que c’est moi
Regarde-moi
Nul autre n’a…
L’envie de toi
Comme j’ai besoin de toi

Si par mégarde
La faute est mienne
Alors renie-moi… là
Simplement sache bien
Que saigne
Ce coeur qui bat pour… toi
Et quand l’absence désincarne…
Et hante l’univers
Je n’avais plus qu’à trouver l’âme
Et retrouver peut-être…

Peut-être toi
Peut-être toi
Regarde-moi
Nul autre n’a…
L’envie de toi
Comme j’ai besoin de toi
Parce que c’est toi
Parce que c’est moi
Regarde-moi
Nul autre n’a…
L’envie de toi
Comme j’ai besoin de toi

Si nos matins
Semblent poussière
Alors renie-moi… là
Simplement je n’aurais
Su taire
Le bruit qui est en… toi
Quand la présence d’un vent calme
Entrouvre l’univers
Mon inquiétude d’amour cache
Une envie de bonheur


Et pourtant

Quand les songes
M’ont réveillée
Quand on n’ose pas
Crier

Quelque chose au bout du moi
Qui me fait mal
Mais tes lèvres ont fait de moi
Un éclat… de toi

Et pourtant
Le jour s’est couché
Pour éteindre le monde
Et pourtant
L’amour est court
D’innocent,
J’entrevoyais le chemin
Qui mène à l’ombre
Et pourtant
L’amour toujours

Si les roses
Etaient si belles… fleuries
Rien de grave
Elles n’ont pas su… l’épine

L’improbable silhouette
Qui s’avance
Imprévue dans ce silence
Qui guette une absence

Et pourtant
Le jour s’est couché
Pour éteindre le monde
Et pourtant
L’amour est court
D’innocent,
J’entrevoyais le chemin
Qui mène à l’ombre
Et pourtant
L’amour toujours

Nobody Knows

L’aube a bu sa transparence
Nobody knows
„Ghost“ elle est infiniment
Nobody knows

Nobody knows
Nobody knows
Nobody knows
Nobody knows
Nobody knows
Nobody knows

L’aube a su la lune entendre
Nobody knows
Nulle vie, nul ressentiment
Nobody knows

Nobody knows
Nobody knows
Nobody knows
Nobody knows
Nobody knows
Nobody knows

Share this tout le monde...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestShare on RedditShare on VKEmail this to someone