L’autre (Lyrics)

Agnus Dei

De mutilation
En soustraction
Agnus dei
Te voir en chair
J’en perds la tête

De mutilation
En convulsion
Te voir ici
Quelle hérésie
Les bras m’en tombent

De mutilation
En génuflexion
Excommuniée
J’ai les pieds et
Les poings liés

De mutilation
En extrême onction
Agnus dei
Moi l’impie
Je suis saignée aux quatre veines

„Agnus dei
Qui tollis
Peccata mundi
Miserére nobis
Miserére nobis“…

Je m’éloigne de tout
Je suis loin de vous

Désenchantée

Nager dans les eaux troubles
Des lendemains
Attendre ici la fin
Flotter dans l’air trop lourd
Du presque rien
A qui tendre la main

Si je dois tomber de haut
Que ma chute soit lente
Je n’ai trouvé de repos
Que dans l’indifférence
Pourtant, je voudrais retrouver l’innocence
Mais rien n’a de sens, et rien ne va

Tout est chaos
A côté
Tous mes idéaux des mots
Abîmés…
Je cherche une âme, qui
Pourra m’aider
Je suis
D’une génération désenchantée.
Désenchantée

Qui pourrait m’empêcher
De tout entendre
Quand la raison s’effondre
A quel sein se vouer
Qui peut prétendre
Nous bercer dans son ventre
Si la mort est un mystère
La vie n’a rien de tendre
Si le ciel a un enfer
Le ciel peut bien m’attendre
Dis moi,
Dans ces vents contraires comment s’y prendre
Plus rien n’a de sens, plus rien ne va

L’autre

Quel émoi devant ce moi
Qui semble frôler l’AUTRE,
Quel émoi devant la foi
De l’un qui pousse l’AUTRE,
C’est la solitude de l’espace
Qui résonne en nous
On est si seul, parfois
Je veux croire alors qu’un ange passe
Qu’il nous dit tout bas
Je suis ici pour toi
Et toi c’est moi.

Mais qui est l’AUTRE
Quel étrange messager
Mais qui est l’AUTRE
Ton visage est familier
Mais qui est l’AUTRE
En toi ma vie s’est réfugiée
C’est un ami, c’est lui

Toi et moi du bout des doigts
Nous tisserons un AUTRE
Un autre moi, une autre voix
Sans que l’un chasse l’autre,
J’ai dans ma mémoire mes faiblesses
Mais au creux des mains
Toutes mes forces aussi
Mais alors pour vaincre la tristesse
Surmonter ses doutes
Il nous faut un ami
L’ami c’est lui

Je t’aime mélancolie

J’ai comme une envie
De voir ma vie au lit
Comme une idée fixe
Chaque fois que l’on me dit
La plaie c’est ca :
C’est qu’elle pousse trop vite
La mauvaise herbe nuit
C’est là qu’il me vient une idée :
Pouvoir m’apitoyer

C’est bien ma veine
Je souffre en douce
J’attends ma peine
Sa bouche est si douce

J’ai comme une envie
De voir ma vie au lit
Comme une idée triste
Qui me poursuit la nuit – la nuit – la nuit
Je savoure la nuit
L’idée d’éternité
La mauvaise herbe nuit
Car elle ne meurt jamais

Quand tout est gris
La peine est mon amie
Un long suicide acide
Je t’aime mélancolie
Sentiment qui
Me mène à l’infini
Mélange du pire, de mon désir,
Je t’aime mélancolie

Quand tout est gris
La peine est mon amie
J’ai l’âme humide aussi
Tout mon être chavire
Oh viens je t’en prie
C’est ton amie aussi
C’est l’élixir, de mes délires
Je t’aime mélancolie

J’ai comme une envie
De voir ma vie en l’air
Chaque fois que l’on me dit
C’est de la mauvaise herbe
Et moi je dis :
Qu’une sauvage née
vaut bien d’être estimée
Après tout elle fait souvent la nique
Aux „trop bien“ cultivées, et toc !

C’est bien ma veine
Je souffre en douce
J’attends ma peine
Sa bouche est si douce

J’ai comme une idée
De la moralité
Comme une idée triste
Mais qui ne meurt jamais
En somme c’est ca :
Pour plaire aux jaloux
Il faut être ignorée
Mais là, mais là, mais là, pour le coup
C’est Dieu qui m’a planté, alors

Psychiatric

„I am a human being
I am not an animal“

It’s easy this time
To loose my mind
It’s easy this time
To loose my mind

Psychiatric
Psychiatric
Psychiatric

It’s easy this time
To loose my mind
It s easy this time
To loose my mind

Regrets

Loin très loin du monde
Où rien ne meurt jamais
J’ai fait ce long,
Ce doux voyage,

Nos âmes se confondent
Aux neiges éternelles
L’amour cachait
Son vrai visage

Oh viens, ne sois plus sage
Après tout qu’importe
Je sais la menace
Des amours mortes

Gardons l’innocence
Et l’insouciance
De nos jeux d’antan, troublants

N’aie pas de regret
Fais moi confiance. et pense a tous
les no way
L’indifférence des sens
N’aie pas de regret
Fais la promesse, tu sais que l’hiver
et l’automne n’ont pu s’aimer

Debout la tête ivre
Des rêves suspendus
Je bois à nos amours
Infirmes

Au vent que je devine
Nos lèvres éperdues
S’offrent des noces
Clandestines

N’ouvre pas la porte
Tu sais le piège
De tous les remords
De l’anathème

Je me fous des saisons
Viens je t’emmène
Là, où dorment ceux qui s’aiment.

N’aie pas… Viens ce soir
De regret Viens me voir
Fais moi confiance. et penses
A tous… Viens t’asseoir
Les no way Près de moi
L’indifférence des sens
N’aie pas… L’aube est là
De regret Reste là
Fais la promesse. tu sais que Je te promets
L’hiver et l’automne D’être là
N’ont pu s’aimer Pour l’éternité

Pas de doute

Tout n’est qu’une vaine mise en scène
Tes faux départs sont toujours les mêmes
D’être tendu n’ajoute rien au problème
Tous tes ébats sont stériles et même
Après tout demain peut être différent
Quitte à faire vite
Je prends les devants
Ne dit-on pas qu’il vaut mieux tôt que jamais
Tu précipites
Moi je prends mon temps

Pas de doute ainsi c’est sans doute une fuite
Mais te décharger de tout c’est illicite
Pas de doute ami, là tu t’emballes
Quand tu n’as plus ta tête, tu fais tout trop vite
Pas de doute ainsi c’est sans doute une fuite
Mais te détacher de tout c’est illicite
Pas de doute ainsi c’est bien normal
Quand tu n’as plus ta tête, c’est toi qui précipites

Tout n’est qu’une vaine mise en scène
Tes va et vient sont toujours les mêmes
Ton point de vue tordu sur le sexe faible
S’effondre un rien dans un cas pareil
Après tout c’est bien là ton tempérament
Dès qu’on réplique
Toi tu fous le camp
Ne dit-on pas qui ne tente rien n’a rien
Je suis stoique
Mais plus pour longtemps

Il n’y a pas d’ailleurs

Tant de jours
De nuits trop brèves
Ces soupirs
Que tu achèves
Sans y croire, dérisoire

Tu voudrais
D’un autre monde
Je te sens
La proie d’une ombre
Illusoire, il faut me croire.

Il n’y a pas d’ailleurs
Il n’y a pas d’ailleurs
Tu sais que ta vie, c’est ici
Il n’y a pas d’ailleurs
Il n’y a pas d’ailleurs
Tu sais que la vie
C’est la mienne aussi

Pour renaître
De tes cendres
Il te faudra
Réapprendre
Aimer vivre, rester libre

Délaisser
Tes amertumes
Te frayer
Jusqu’à la lune
Un passage, il me faut me croire

Beyond my control

Je n’comprends plus pourquoi
J’ai du sang sur mes doigts
Il faut que je te rassure
Je soignerai bien tes blessures/mon amour

Tu n’as plus vraiment le choix
Nos deux corps étendus, là
Qu’à l’aube ils se mélangent
Là tu as les yeux d’un ange/mon amour

Lâche! (It’s beyond my control)
C’est plus fort que… Toi
Toujours en cavale (It’s beyond my control)
Tu dis : J’ai besoin de… Tes bras
Oh lâche ! (It’s beyond my control)
Mais c’est plus fort que… Toi
Tu nous fais du mal (It’s beyond my control)

Ne t’éloignes pas de mes… Bras

Je n‘ comprends plus pourquoi
J’ai du sang sur mes doigts
Dors en paix je t’assure
Je veillerai ta sépulture/mon amour

C’était plus fort que moi
Même si je sens là l’effroi
Envahir tout mon être
Je te rejoindrai peut-être/mon amour

Nous souviendrons nous

Aux vies qui s’abaissent à voir la mienne
Je sais
Qu’il me faudra prendre congé d’elles
Un jour ou l’autre
Nos vies sont des larmes d’aquarelle
Nous ne sommes reliés qu’à nous mêmes

Et si je perds la foi
En nous. en tout
C’est bien malgré moi
Nulle prière
A chacun de nos pas
Je doute de tout
Nous souviendrons nous de nous

Aux vies qui ont soutenu la mienne
Je n’ai
Qu’un long monologue poudré de neige
A partager
Nos vies qui s’écoulent chaque jour saignent
Nous ne sommes reliés qu’à nous mêmes

Share this tout le monde...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestShare on RedditShare on VKEmail this to someone