Point de suture (Lyrics)

Quicklinks

Dégénération

Sexy coma
Sexy trauma
Sexy coma
Sexy trauma

Coma t’es sexes, t’es styx
t’es statiques
Coma t’es sexes, t’es styx
extatique
Coma t’es sexes, t’es styx
Test, test statiques
Coma t’es sexes, t’es styx
esthétique

Sexy coma
Sexy trauma
Sexy coma
Sexy trauma

Ou ou wa ou
Ou wa ou
Dégénération

Ou ou est ou
Ou est où est
Ma génération?

Sexy coma
Sexy trauma
Sexy coma
Sexy trauma

J’sais pas moi
mais y faut qu’ca bouge
J’sais pas moi
mais y faut qu’ca bouge
J’suis coma la
mais y faut qu’ca bouge
mais faut qu’ca bouge
mais faut qu’ca bouge

Sexy coma
Sexy trauma
Sexy coma
Sexy trauma

Ou ou wa ou
Ou wa ou
Dégénération

Ou ou est ou
Ou est où est
Ma génération?

Sexy coma
Sexy trauma
Sexy coma
Sexy trauma

sexy, sexy, sexy

Sexy coma
Sexy trauma
Sexy coma
Sexy trauma

Appelle mon numero

Qui entre dans l’histoire
Entre dans le noir
Histoire d’y voir
Mon plus beau geste

J’ai un pillow du soir
Un pillow de star
Sans pillow je n’ai
Plus l’envie d’être

Qui entre dans l’histoire
Cache derrière un fard, noir
La peur des regards
Qui glissent et blessent

J’ai un pillow en plumes
En forme de lune
En forme de dune
Refais le geste

Appelle mon numéro
J’humeur à zéro
Appelle mon numéro
J’ai le sang si chaud
Appelle mon numéro
Viens dans mon sillage
Ni trop sage
ni collage
Juste ce qu’il me faut
Appelle mon numéro
Compose ma vie
Appelle mon numéro
Fais-moi l’hallali
Appelle mon numéro
Donne-moi le „la“
La la la la
La la la la
Appelle-moi

Qui entre dans l’histoire
Entre dans le noir
Velours d’un boudoir
Et pour le reste…

J’ai un pillow duvet
Sans pilosité
Sans pillow je n’ai
Plus rien à mettre

Allégorie, viens là
Délit de l’émoi
Mon au-delà, c’est l’i
vresse du geste

À la folie j’ai „l’a…llo“
Qui me dit: au lit, là
L’embellie c’est l’o
reiller de rêve

Appelle mon numéro
J’humeur à zéro
Appelle mon numéro
J’ai le sang si chaud
Appelle mon numéro
Viens dans mon sillage
Ni trop sage
ni collage
Juste ce qu’il me faut
Appelle mon numéro
Compose ma vie
Appelle mon numéro
Fais-moi l’hallali
Appelle mon numéro
Donne-moi le „la“
La la la la
La la la la
Appelle-moi

Je m’ennuie

Je m’ennuie
C’est le vide
Déesse
détresse
Le spleen
c’est l’hymne
A l’ennui d’être
Je m’ennuie
Un néant beant
Petite nausée
Temps dilué
A l’infini

La vie oscille à l’envi
Comme un pendule rouillé
Me balancer
De la tourmente à l’ennui
L’ennui naquit un jour gris
D’une uniformité que je
sais invincible

Je m’ennuie
C’est le vide
Déesse
détresse
Le spleen
c’est l’hymne
A l’ennui d’être
Je m’ennuie
Un néant beant
Petite nausée
Temps dilué
A l’infini

Qu’on traîne toute sa vie
Toute sa vie durant
Obstinément
Sempiternelle rêverie
De l’ennui à Bovary
Vivre en beauté
Vivre en blessure
Sa finitude

Je m’ennuie
C’est le vide
Déesse
détresse
Le spleen
c’est l’hymne
A l’ennui d’être
Je m’ennuie
Un néant beant
Petite nausée
Temps dilué
A l’infini

Paradis inanime

Dans mes draps de chrysanthèmes
L’aube peine à me glisser
Doucement son requiem
Ses poèmes adorés

Dans mon lit, là de granit
Je décompose ma vie
Délits, désirs illicites
L’espoir, le rien et l’ennui

Mais pour toujours
Pour l’amour de moi
Laissez-moi mon…

Paradis inanimé
Long sommeil, lovée
Paradis abandonné
Sous la lune, m’allonger
Paradis artificiel
Délétère, moi délaissée
Et mourir d’être mortelle
Mourir d’être aimée

Emmarbrée dans ce lit-stèle
Je ne lirai rien ce soir
Ne parlerai plus, rien de tel
Que s’endormir dans les draps
du moi

C’est le sombre, l’outre-tombe
C’est le monde qui s’éteint
L’épitaphe aura l’audace
De répondre à mon chagrin

Paradis inanimé
Long sommeil, lovée
Paradis abandonné
Sous la lune, m’allonger
Paradis artificiel
Délétère, moi délaissée
Et mourir d’être mortelle
Mourir d’être aimée

Paradis, Paradis, Paradis…

Looking For My Name

Mylene:
Voir la blessure
Oblique et dure
Du temps… obstinément

Moby:
Is heaven a place
Oh… I see the moon
I see no trace
Of you
See the red upon my hill
See the death looking at me
I see no trace of you and me
Little me

Mylene:
Refais le rêve obscur d’une île
Des forêts secrètes aux villes
Qu’on parcourait seuls dans nos nuits
D’amour

Moby:
Whisper words of desire
Take my hand, I’m standing there
Our soul so close on paradise
When winds go round and round

Mylene:
Je me dis, l’indigne horloge
Je me dis, le souffle est force
Qu’il nous bercera dans son lit
D’amour, De vie

Mylene & Moby:

Looking for my name
wherever you will be
hold on to my prayer
hold on to harmony
Looking for my name
Little you, little me
We belong together

Looking for my name
wherever you will be
Hold on to my prayer
hold on to harmony
Looking for me, looking for eternity
We belong together

Mylene:
Together

Point de suture

Les jours de peine
Fredonnent un
Je ne sais quoi
La ritournelle
Des indécis, des quoi
Par habitude
j’ai pris ce chemin
D’incertitude
Où mes va sont des viens

Jours de sagesse
La voie unie et droite
Mais l’homme doute
Et court
de multiples détours
Vague mon âme
va, prends ton chemin
L’attente est sourde
mais la vie me retient

Prends-moi dans tes draps
Donne-moi la main
Ne viens plus ce soir
Dis, je m’égare

Dis moi d’où je viens
Ne dis rien, je pars
Rejoue-moi ta mort
je m’évapore

Des mots sur nos rêves
Déposer mes doutes
Et sur les blessures
point de sutures

Vole mon amour
Refais-moi l’amor
Confusion des pages
Je fais naufrage

Les nuits sont chaudes
Mon sang chavire et tangue
Bâteau fantôme
qui brûle
Je suis tempête et vent
Ombre et lumière
Ce jouent de l’amour
Mes vagues reviennent
Mes flots sont si lourds

Prends-moi dans tes draps
Donne-moi la main
Ne viens plus ce soir
Dis, je m’égare

Dis moi d’où je viens
Ne dis rien, je pars
Rejoue-moi ta mort
je m’évapore

Des mots sur nos rêves
Déposer mes doutes
Et sur les blessures
point de sutures

Vole mon amour
Refais-moi l’amor
Confusion des pages
Je fais naufrage

oh…

Reveiller le monde

Fragile abîme
Pâle horizon
Son être se fige
C’est l’abandon
Les eaux qui souffrent en nous
Sont dérisions
Devant le souffle d émon
De la soumission

Mettre en danger
Tous nos secrets
ouvrir les portes
Diminuer l’obscurité
Si ce n’est vain
Pourquoi demain

Reveiller le monde
Rêver d’un autre „été“
Être doit, répondre
Réveiller l’humanité
Révolus les mondes
Sans une révolution
J’appelle au grand nombre
Le droit d’aimer

C’est le tumulte, je paine
Je n’y vois plus
Que des anges aux pieds
qui saignent
Aux coeurs cousus

Je suis un nom
Sommes lègion
Et de lumière
Sur les pavés
coule le ré
de rébellion
De nos prières

Reveiller le monde
Rêver d’un autre „été“
Être doit, répondre
Réveiller l’humanité
Révolus les mondes
Sans une révolution
J’appelle au grand nombre
Le droit d’aimer

Sextonik

Sous tension
mais pure
Nulle amertume
Un frisson
Sous pression
s’affine
L’endorphine

Compagnon

Sous caution
des sages
Divine image
De l’addiction
Stimu-stimu-long
Vibrent les origines
libertines
Libérons
Que j’aime la

Sex sex sex sex sex tonik
Sex sex sex sex sex tonik
Serial joueur un jouet sans coeur
C’est le
Sex sex sex sex sex tonik
Sex sex sex sex sex tonik
Cyber skin serial lover killer

D’ivoire ou de
jade
Au verre aimable
Un simulacre
stimule de nacre
Dis-moi comme
j’extase

Sculpté de bois
Réjouis-moi
Rejoue-le

Sex sex sex sex sex tonik
Sex sex sex sex sex tonik
Serial joueur un jouet sans coeur
C’est le
Sex sex sex sex sex tonik
Sex sex sex sex sex tonik
Cyber skin serial lover killer

Sex sex sex sex sex-to-nik
Sex sex sex sex sex-to-nik
Sex sex sex
Ahhhh…
Sex sex sex

Sex sex sex sex sex tonik
Sex sex sex sex sex tonik
Serial joueur un jouet sans coeur
C’est le
Sex sex sex sex sex tonik
Sex sex sex sex sex tonik
Cyber skin serial lover killer

C’est dans l’air

Vanité…
c’est laid
Trahison…
c’est laid
Lâcheté…
c’est laid
Délation…
c’est laid

La cruauté…
c’est laid
La calomnie…
c’est laid
L’âpreté…
c’est laid
L’infamie…
c’est laid (aussi)

Les cabossés vous dérangent
Tous les fêlés sont des anges
Les opprimés vous démangent
Les mal-aimés, qui les venge

Les calamités dérangent
Les chaotiques sont des anges (C’est dans l’air)
Pas comme les autres, démangent
Les bons apôtres je les mange (C’est dans l’air)

C’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est nécessaire
Prendre l’air
respirer
parfois piquer la poupée

C’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est dans l’air c’est millénaire
S’ennivrer
coiter
quid de nos amours passés

C’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est salutaire
Sauve qui peut
sauf c’est mieu
sauf qu’ici, loin sont les cieux

C’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est nucléaire
on s’en fout
on est tout
on finira au fond du trou

Et…
moi je chante
Moi je…
m’invente une vie.

La Fatuité…
c’est laid
La tyrannie…
c’est laid
La félonie…
c’est laid
Mais la vie c’est ca aussi

Tous les rebuts vous dérangent
Pourtant les fous sont des anges (C’est dans l’air!)
Les incompris vous démangent
Que faire des ruses…
que fait le vent? (C’est dans l’air!)

C’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est nécessaire
Prendre l’air
respirer
parfois piquer la poupée

C’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est dans l’air c’est millénaire
S’ennivrer
coiter
quid de nos amours passés

C’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est salutaire
Sauve qui peut
sauf c’est mieu
sauf qu’ici, loin sont les cieux

C’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est dans l’air
c’est nucléaire
on s’en fout
on est tout
on finira au fond du trou

Si j’avais au moins revu ton visage

Qui n’a connu
douleur immense
N’aura qu’un apercu
du temps
L’aiguille lente
Qu’il neige ou vente
L’omniprésente
souligne ton absence
partout

Qui n’a connu
l’instable règne
Qui n’a perdu
ne sait la peine
Plus de réserve, du tout
Ni dieu, ni haine
s’en fout
Plus de superbe
J’ai tout
d’une peine
Un enténèbrement

Si j’avais au moins
revu ton visage
Entrevu au loin
le moindre nuage
Mais c’est à ceux
qui se lèvent
Qu’on somme „d’espoir“
Dont on dit qu’ils saignent
Sans un aurevoir, de croire
Et moi pourquoi j’existe
Quand l’autre dis je meurs
Pourquoi plus rien n’agite
ton coeur

Tous mes démons
les plus hostiles
Brisent les voix
les plus fragiles
De tous mes anges
les plus devoués
Et moi l’étrange paumée
fiancée à l’enténèbrement

Si j’avais au moins
revu ton visage
Entrevu au loin
le moindre nuage
Mais c’est à ceux
qui se lèvent
Qu’on somme „d’espoir“
Dont on dit qu’ils saignent
Sans un aurevoir, de croire
Et moi pourquoi j’existe
Quand l’autre dis je meurs
Pourquoi plus rien n’agite
ton coeur

Ave Maria

Ave Maria
Gratia plena
Maria gratia plena
Maria gratia plena

Ave, ave, dominus tecum
Benedicta tu in mulieribus
Et benedictus
Benedictus fructus ventris tui

Tui Jesus
Ave Maria
Ave Maria
Gratia plena

Maria gratia plena
Maria gratia plena
Ave, ave, dominus tecum
Benedicta tu in mulieribus

Et benedictus
Benedictus fructus ventris tui
Tui Jesus
Ave Maria

Share this tout le monde...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestShare on RedditShare on VKEmail this to someone