MyleneOnline.de

Deine deutsche Mylène Farmer Fanseite.

Désobéissance (Lyrics)

Kapitel 1. Rolling Stone

Eh! Oh!
suis de „bad mood“
et j’ai le sang quoi broie
du noir
noir

J’attends le spleen
un redoux
doux
je peine a rire
je peine a coire
coire

J’ai bien compris qu’il faut
des maltitudes
de dangers, la…
pour m’animer

J’ai bien une idee de comment
contrer la fiévre
pas de point fixe
je suis une

Rolling stone
La la la
La la la
suis de celles
qui maudissent
qui comptent plus
qu’un „c’est fini“
La la la
si je dis… love
La la la
suis easy
it works for me
all… I need is love

Yeah hi Yeah!
viens dans mes rails
et c’est chaud
chaud

Tou pour étre au ciel
Yeah hi Yeah!
faut que j’m en aille
quand c’est trop
et quand c’est fini
je refais mon lit

Eh! Oh!
suis de „bad mood“
moi, pierre qui roule
je cache un blues
blues

Des confettis
je m’en fous
fous

Je suis moody
a cran je suis
mort

J’ai bien sais qu’il faut
des maltitudes
de cocktails la pour
m’apaiser
J’ai bien une idee de comment
contre colére
domicile styx
je suis une

Chorus

La la la
La la la

Suis de celles qui mau.. dissent
code: my need is love

La la la
je… crois en ton amour
La la la
je… crois en ton amour

Rolling stone

Chorus

La la la
si je dis love
La la la
suis de celle: „it works for me“
all I need is love
la la la

Kapitel 2. Sentimentale

Suis sentimentale
dieu sait
que je suis sans haine

Suis sentimentale
mais la,
j’ia bien trop de peine
Il y’a des failles de tail
j’confesse
j’ai le vide en dessous

And I’m gonna die
en plus
de reste
j’ai peur de tout

J’ose
je reste sans voix
et la, j’ai
et la, j’ai envie qu’on
m’aime
Et quand je te vois
c’est dieu qui
c’est dieu qui t’envoie
je t’aime

BIS

Oh
c’est beau
quand c’est vu
vu d’en haut
Oh
c’est beau, c’est beau
quand du berceau au tombeau

Suis sentimentale
dieu sait
que je suis sans haine

Suis sentimentale
dieu sait
que je suis sans haine

Suis sentimentale
mais la,
j’ia bien trop de peine

Yes
l’âme en vrac
ou que j’aille
détail
fatal
je croi en la vie

Yes
l’âme en vrac
j’me taille
fini
I wanna break free

Chorus (2x)

1, 2, 3
m’en vais au bois
4, 5, 6
ceuillir des cerises
7, 8, 9
dans mon panier neuf
10, 11, 12
pourvu qu’elles soint douces

Kapitel 3. Désobéissance

J’ai connu des putains
de tenébres et
des retenues
de enfers
qui brulent lèvres

Et j’ai vu des lumiéres
des cierges
de des mirages mais
j’ai voulu celle
qui je suis
und brin sauvage

Desobeissance
à l’audace
je fais le serment
des mots d’amour
plus le temps
d’ètre à contre-jour
Desobeissance
etre soi
marcher dans le vent
si le coer lourd
detachée
vent de liberté

J’ai connu des
des vrais
champs de blés
j’ai
fermé les yeux
et la fiévre
est tombee

J’ai vu des morts
mais j’ai saisi
le merveilleux
et
j’ai voulu celle
que je suis
un nom de dieu

Chorus

Kapitel 4. N’oublie pas

Lá, degoutée de ce monde
sous la lampe un dernier songe
J’entends ta voix
malgre tout ca et tes mots
respecter l’autre
cua in all the world I come upon
I never saw another one
that sparkled like your
diamond in the sun

La chambre méme
est sans pitié
le paradis tombe a mes pieds
pourtant
we, we know
ta voix
dit jamais

N’oublie pas
conduite par une étoile
jamais
n’oublie pas
I promise where you are
Un point dans l’univers
it’s a love it’s everywhere
jamais
n’oublie pas
c’est moi
oh oh oh,
ouh, ouh, ouh
Un point dans l’univers
it’s a love it’s everywhere
jamais
n’oublie pas
no, no
oh oh oh

Sous terre il y a le silence
ma mémoire qui rentre tard
je pense á toi
don’t you think twice
been lost
but now I finally know
et tous ces signes que tu envoies
qu me chavirent a chaque fois
with deja vu we’ll
rearrange the stars

And even on a silent sea
you constellation carries me
alone
you know
mais l’horizon
dit jamais

Chorus

Oh, oh, oh, oh
we feel it in our bones
Oh, oh, oh, oh
we feel it in our bones
Oh, oh, oh, oh
we feel it in our bones
jamais
n’noublie pas
c’est moi
you know
oh, oh

Chorus

Kapitel 5. Histoires de fesses

Je maudis
les opportunistes
a grands coups de triche
se fichent des dommages
collateraux
colle a retiches

Je maudis
ls riches chiches
les pastiches, j’aime
les pâtes au sel
les pâtes au sel
j’aime, no blême

J’aime
histoires de
histoires de
histoires de… fesses
c’est un con
c’est un cas
je la confesse
Histoires de
histoires de
histoires de… fesses
c’est un con
c’est un cas
je la confesse

Je maudis
les obsédés du propre
sur soi
dans leur cervelat
leur quant à soi
quant à moi

Je vomis le plat
vomis les fats
les clichés sans droits
d’hémoglobine
des magazines
des voils de retine

Chorus

Kapitel 6. Get up Girl

Get up girl
six mois de plâtre or
j’ai beau me taire
j’ai rêve trop fort
quand tout se taille
si peu qui te donnent
train de retard
que sais je de „homme“?
get up Mylène
des flammes
si la vie se saque

„Je pense donc je suis“
pour boire un verre
et si je stange, là
si je comprends tout
suis plus la même
la vie à bon dos

Mai pour les gens
c’est du vague
mais pour les gens
je dèraille

Et chaque fois
une entaille
et la vie goes
on and on

I
don’t
know
why
O
find life
so sexy
I
feel
so
high
I
guess
life’s
so sexy

Get up girl
j’ai pas lu tout decartes
mais
„Je pense donc je suis“
pour boire un verre

Et si je baille
si je me lève tôt
suis plu la mème
la view a bon dos

Mai pour les gens
c’est du vague
mais pour les gens
je dèraille

Et chaque fois
une entaille
et la vie goes
on and on

Chorus

Kapitel 7. Prière

Comment te dire
ma realité
dans mon manteau
l’eau qui a coule
et yey

Comment lui dire
comment l’epargner
dans son corps un „sick“
un „croc“ s’est cache

Mais je suis là pour toi
ne plus te laisser
l’envie de sauter
dans l’ocean
Et je suis là pour toi
j’apprends à lacher
j’oublierai là vie
une fois dedans

Comment te dire
ma realité
nuit de délires
tout est chimioté
et yey

Comment lui dire
que l’immensité
remplit un vide
le rideau est tombé

Chorus

Kapitel 8. Au lecteur

La sottise, l’erreur, le péché, la lésine
occupent nos esprits et travaillent nos corps
et nous alimentons nos aimables remords
comme les mendiants nourrissent leur vermine

Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches
nous nous faisons payer grassement nos aveux
et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux
croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches

Sur l’oreiller du mal c’est Satan Trismégiste
qui berce longuement notre esprit enchanté
et le riche métal de notre volonté
est tout vaporisé par ce savant chimiste

C’est le Diable qui tient les fils qui nous remuent
aux objets répugnants nous trouvons des appas
chaque jour vers l’Enfer nous descendons d’un pas
sans horreur, à travers des ténèbres qui puent

Ainsi qu’un débauché pauvre qui baise et mange
le sein martyrisé d’une antique catin
nous volons au passage un plaisir clandestin
que nous pressons bien fort comme
une vieille orange

Serré, fourmillant, comme un million d’helminthes
dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons
et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons
descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes

Si le viol, le poison, le poignard, l’incendie
n’ont pas encor brodé de leurs plaisants dessins
le canevas banal de nos piteux destins
c’est que notre âme, hélas ! n’est pas assez hardie

Mais parmi les chacals, les panthères, les lices
les singes, les scorpions, les vautours, les serpents
les monstres glapissants, hurlants, grognants
rampants
dans la ménagerie infâme de nos vices

II en est un plus laid, plus méchant, plus immonde
quoiqu’il ne pousse ni grands gestes ni grands cris
il ferait volontiers de la terre un débris
et dans un bâillement avalerait le monde

C’est l’Ennui ! L’oeil chargé d’un pleur involontaire
iI rêve d’échafauds en fumant son houka
tu le connais, lecteur, ce monstre délicat
hypocrite lecteur
mon semblable
mon frère

Kapitel 9. Des larmes

Et dans ma prison de verre
moi je ne sais plus
comment faire
j’peux me bander
comme personne
les yeux
de peur qu on m’abandonne

Et puis là pour les sentiments
fais sourde oreille aux
compliments
j’me sens seule, là
allez, je m’épouse
mon âme soeur
c’est mon bain de foule

C’est la fin
quand on est dans la boite
à sapin
se lever chaque matin
le ver est dans la pomme
j’ai le trac
tout m’assomme

Diluvien
„Le Gouffre“ de Baudelaire
je lis tout
c’est fait, on s’en fout
c’est ma vie
fais corps avec mon lit
loving you
tu es où
où où

Des larmes, des larmes
des larmes, des larmes
de peine
de joie
sur mes joues, là
sillonnent, sillonnent
sillonnent
des larmes, des larmes
des larmes, à quoi…
à quoi bon vivre
si t’es pas là
je m’isole, m’isole, m’isole

Et dans ma prison de verre
quand je ne sais plus
comment faire
j’embrasse vie comme personne
même dieu
de peur qu’il m’abandonne

Mais voilà
pour les sentiments
si j’en ai encore
pour longtemps
là, j’me sens seule
un vol pour toulouse
au sacré choeur
pour un bain de foule

C’est la fin
quand on est dans la boîte
à sapin
se lever cha…
…que matin
le ver est dans la pomme
j’ai le trac
tout m’assomme

„Le Gouffre“ de Baudelaire
c‘est un blues
c’est fait, on s’en fout
c’est ma vie
fais corps avec mon lit

Loving you
tu es où
où où

Chorus

Kapitel 10. Parler d’avenir

Il est flou
flou le paysage
tu rougis
même quand il fait noir
trop pour t’y voir

Cachée dans ton lit
tu fuis
le regard d’autrui
pourtant
la vie…

Parler d’avenir
t’effraie
et si c’était un souffle
ou le vide
tu voudrais juste
t’endormir
Quoique l’on en dise
je vais
oublier tes doutes
pour l’autre rive
au moins le temps d’un rire

L’eau
coule dans ton manteau
me glacer
me plonger dans ta
réalité

T’évader dans du
satin
poursuivre un chemin
le tien
mais là

Chorus

Ahh…
Au moins le temps d’un rire

Kapitel 11. On a besoin d’y croire

Et voilà
c’est comme ça
il n’y a plus rien à faire
pour nous
comme on s’assomme et
c’est la faille
il n’y a plus rien à faire
pour nous

C’est trop tard
le monde est braille
il n’y a plus rien à faire
pour nous

La lune est noire et
et j’ai mal
mais n’arrête jamais d’être
en nous

So do we
stigmates sous la peau bouge
suis-moi quand j’y vois rouge
tant pis ça ira
tant qu’il y aura toi

Stigmates sous ma peau fine
mon amour a mor…
…phine
tu vois ça ira
tu vois ça ira

A i ya i ya a
on a tous un
espoir
entrer dans l’histoire
Mais sans l’autre
on est quoi
malgré le vide
on a
on a besoin d’y croire
A i ya i ya a
tout seul là
on a quoi
qu’un pauvre miroir
son reflet
et puis quoi
mais sans l’autre
on est quoi
moi, j’ai besoin d’y croire

Et voilà
déjà vu
il n y a plus rien à faire
pour nous

Plus de classe
si tout est chaste
il n’y a plus rien à faire
pour nous

So do we
stigmates sous ma peau bouge
suis-moi quand j’y vois rouge
ton amour sera
tant qu’il y aura toi

Stigmates sous ma peau fine
mon amour a mor…
…phine
tu vois ça ira
tu vois ça ira

A i ya i ya a
sans un „autre“
on est quoi
pour entrer dans
l’histoire
Sans amour
on est quoi
si c’est la fin
inch allah
on a besoin d’y croire
A i ya i ya a
et sans l’autre
on a quoi
qu’un pauvre miroir

Son reflet
et puis quoi
moi, sans toi
je me noie
on a besoin d’y croire

A i ya i ya a
on a tous un espoir
entrer dans l’histoire
Mais sans l’autre
on est quoi
malgré le vide
on a
on a besoin d’y croire

C’est pas le temps qui passe
c’est pas l’indifférence
c’est juste qu’on n’y croit plus…
moi je sais qu’on n’a plus
le souffle pour s’éloigner
être deux, s’approcher
pour ne faire qu’un ici
ainsi soit-il

Chorus

Amen

Kapitel 12. Retenir l’eau

Retenir l’eau
qui est dans sa paume
sentir tout
et on a beau
serrer les doigts
j’ai froid
mais l’eau…

Mais l’eau s’échappe
goutte-à-goutte
c’est fragile
fragile est l’être
en proie aux doutes
écoute

Et quand
la mort est
là, dedans la peau
et quand
l’épreuve
et quand j’entends
trop de vraies souffrances
c’est comme
un miroir
comme un bouche à bouche
je sens
un souffle
qui nait à l’unisson
mon double

Retenir l’eau
qui est dans sa paume
dis-moi tout
quand on a tant
besoin de l’autre
faire quoi ?
et là…

Tu pars et caches
sans aucun doute
un tragique
gouttes de vie
qui tombent et coulent
je coule

Et quand
la mort est…
là, dedans la peau
et quand
l’épreuve…
et quand j’entends
trop de
tes souffrances

C’est comme
un miroir
comme un bouche à bouche
en moi
ton souffle
qui nait
et qui sait
et qui aime

Et quand
la mort est…
là, dedans la peau
et quand
l’épreuve
et quand j’entends
trop de vraies souffrances
c’est comme
un miroir
comme un bouche à bouche
je sens
un souffle
qui nait à l’unisson
mon double